Gestion de la trésorerie des professionnels

Gestion de la trésorerie des professionnels

Gérer sa trésorerie est fondamentale pour la bonne santé financière d’une entreprise. Il existe des placements rémunérateurs pour la trésorerie des professionnels que vous pouvez proposer à vos clients. Nous vous proposons ci-dessous les questions à poser à votre client et les solutions de placements qui s’offrent à lui.

4 critères à étudier :

► Durée du placement

La première question à poser à son client est de savoir si le professionnel souhaite rémunérer sa trésorerie sur quelques jours ou quelques mois car il n’aura pas accès aux mêmes types de solutions. Une règle est par contre commune : plus il souhaite rémunérer sa trésorerie, plus il faudra un placement sur du long terme.

► Montant du placement

En fonction des montants investis, les solutions proposées diffèrent là encore : certaines solutions sont ouvertes à partir 100 000€ alors que d’autres le sont à partir de 1000€.

► Le niveau de risque

Il faudra ici étudier quel niveau de fluctuation, le professionnel est prêt à accepter sur sa trésorerie. Comme la grande majorité des placements, plus le risque est important plus la rémunération sera importante.

► Obligation législative

Que vous soyez face à une SA au capital de 1 000 000€ ou une association loi 1901, votre client n’est pas éligible au mêmes règles de fonctionnement en terme de trésorerie. C’est bien souvent les statuts de l’entreprise qui définissent les règles de fonctionnement.

3 solutions efficaces pour placer une trésorerie

► Les comptes à terme (CAT) ou dépôt à terme (DAT)

Très en vogue dans la plupart des établissements bancaires, il a l’avantage de proposer un ticket d’entrée à 1000€, une garantie en capital et une disponibilité à la seconde. Mais cette disponibilité et cette sécurité à un coup. Ainsi si l’entreprise retire ses fonds avant l’échéance prévue, elle aura une rémunération moindre voire nulle dans certains réseaux bancaires. La rémunération des CAT et DAT ne dépasse pas 1% brut aujourd’hui.

► Les contrats de capitalisation

Les contrats de capitalisation sont des contrats d’assurance vie sur lesquels les entreprises ou les associations peuvent venir placer leur trésorerie. Il ne faut cependant pas confondre avec les contrats d’assurance vie destinés aux particuliers. Ils diffèrent notamment par la fiscalité appliquée aux plus-values réalisées. Le principal avantage de ces contrats est de s’adapter au profil de l’investisseur. Ils sont en effet en architecture ouverte et permettent d’investir sur différentes OPCVM en fonction de la performance recherchée. Il faut cependant préciser que l’entreprise peut sur certain contrat n’investir que sur des fonds Euro qui sont dès lors à capital garantie.

En termes de rémunération, elle pourra atteindre 4,05% sur le fonds Euro avec une garantie totale en capital. Sur le volet en unité de compte, tout dépendra du profil de gestion que vous, conseiller en gestion de patrimoine,  déterminera avec votre client.

Mais ces conditions de placement ont des règles d’acceptation très strictes en termes de montant investi et de durée de placement. En effet, le montant d’investissement minimum sur ce type de contrat sera de 100 000€. Les compagnies appliquent également des pénalités de sortie pour une sortie anticipée avant 4 ans. Ces pénalités sont souvent comprises entre 2% et 4% du montant du rachat. Mais malgré ces pénalités l’investissement reste encore avantageux pour l’investisseur.

► Les SCPI (société civile de placement immobilier)

Grâce notamment à une fiscalité particulière les SCPI sont également une alternative pour les placements de trésorerie. En effet, elles permettent là encore d’obtenir des rendements supérieurs à ce que peut vous proposer un DAT.

Il faut tout de même vérifier que les statuts de l’entreprise ou de l’association autorisent à investir sur ce type de produits. Il y a ici deux manières d’investir sur des SCPI :

  • En pleine propriété (PP) i.e. investir sur des parts de SCPI qui constituent un actif pour la société. En contrepartie, le gestionnaire de la SCPI versera des loyers trimestriels. Ces loyers sont ensuite imposés selon un barème particulier. Ce type d’achat s’adresse à des investisseurs qui veulent revaloriser une part de leur trésorerie, tout en gardant la propriété de celle-ci.
  • En démembrement : l’investisseur ne détient que l’usufruit de ces parts de SCPI, la nue-propriété étant détenue par un autre investisseur. Le principal avantage de ce type d’achat est de pouvoir bénéficier d’un prix réduit d’achat des parts et d’être rémunéré sur la valeur de la pleine propriété. En outre, pour les entreprises relevant de l’IS, elles ont la possibilité d’amortir comptablement la valeur de l’usufruit. Ce qui permet de réduire fortement la fiscalité des revenus tirés de cet investissement.

En conclusion, pour faire les meilleurs placements de trésorerie, il est important de tenir compte de la durée du placement, son montant, le niveau de risque que vous êtes prêt à prendre et ce que vous impose la loi.

Pour plus d’informations sur les placements de trésorerie, n’hésitez pas à nous contacter et suivre notre formation dédiée aux conseillers professionnels et entreprises.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *